Quels approvisionnements ?
Bio, label Rouge ou local en questions

En l’absence d’indication du mode d’élevage des animaux dont sont issus les produits, il est parfois plus facile de se tourner vers les labels et signes de qualité existants. Il convient cependant d’ouvrir l’œil, car toutes les mentions ne sont pas forcément synonymes de bien-être animal, bien au contraire ! Par exemple, le fromage de chèvre AOP Banon garantit le pâturage des chèvres, tandis que l’AOP crottin de Chavignol ne le garantit pas.

En quelques lignes, voici quelques informations sur les signes de qualité et les mentions.

Le label Agriculture biologique

Notre conseil : en cas de doute, privilégiez toujours les produits issus de l’Agriculture biologique. En effet, cette production est encadrée par un cahier des charges qui garantit notamment un accès au pâturage pour les ruminants, des densités plus faibles ou des souches d’animaux plus rustiques.

Attention cependant, certaines pratiques sources de souffrance animale restent autorisées par le cahier des charges Agriculture biologique. C’est pourquoi nous vous conseillons tout de même de consulter notre tableau des produits et d’interroger vos fournisseurs, y compris pour les produits issus de l’Agriculture biologique, sur le recours à certaines méthodes particulièrement préjudiciables aux animaux.

Il existe certains labels et marques biologiques telles que Nature et progrès, Demeter ou Bio cohérence, qui répondent au cahier des charges européen de l’Agriculture biologique et qui parfois ont des exigences supérieures en termes de bien-être animal.


Le label Rouge

Le label Rouge certifie la qualité organoleptique du produit fini ; c’est la raison pour laquelle les conditions d’élevage des animaux varient fortement d’une production à l’autre. Ainsi, le cahier des charges label Rouge pour les volailles est intéressant, car il assure l’accès à l’extérieur des animaux et un âge d’abattage plus tardif. Il limite également le temps de transport des oiseaux à trois heures maximum. Ce sont donc des produits à privilégier. Attention toutefois à certaines pratiques préjudiciables aux animaux (mutilations, claustration, gavage…), présentes dans certains cahiers des charges label Rouge (chapons, poulardes, canards à foie gras…). Nous déconseillons le choix des produits utilisant ces modes de production et ces pratiques, quel que soit le label (voir tableau des produits).

Concernant le cahier des charges label Rouge sur la production porcine comporte peu d’exigences favorables au bien-être animal. En effet, il autorise les mutilations, l’élevage des animaux sur sol bétonné ou encore le confinement des truies reproductrices dans des cases de mise bas, qui les empêchent de se retourner sur elles-mêmes. Elles sont confinées dans ces cases lors de la mise bas et de l’allaitement. Si vous souhaitez vous fournir en porc label Rouge, nous vous conseillons celui sur laquelle figure l’inscription « porc fermier élevé en plein air » ou « porc fermier élevé en liberté ». Vous pouvez également privilégier la viande de porcs provenant d’élevages sur paille.

Attention également lors de vos achats de produits transformés label Rouge : c’est la recette qui est certifiée label Rouge et non les ingrédients qu’elle contient (contrairement aux produits transformés bio, constitués d’ingrédients biologiques à 95 %). Il peut donc y avoir de la brioche label Rouge avec des œufs de poules non labellisés et donc produits par des poules élevées en cage, par exemple.


AOP – IGP

Ces deux labels garantissent un savoir-faire traditionnel ou la production sur une zone géographique bien précise. Des exigences en matière de bien-être animal sont rarement intégrées aux cahiers des charges de ces produits, à l’exception de quelques fromages, qui garantissent notamment le pâturage des animaux. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à télécharger notre tableau des produits !


Bleu Blanc Cœur

Très répandue en restauration collective, la mention Bleu Blanc Cœur n’a pas d’exigences spécifiques liées au bien-être des animaux en élevage. Ainsi, on peut trouver des produits Bleu Blanc Cœur provenant d’animaux ayant pâturé, comme des produits provenant d’élevages en claustration intégrale. Vigilance donc !


Produits fermiers

Pour les œufs et la volaille, des conditions d’élevage plus favorables au bien-être des animaux, dont l’accès à l’extérieur, sont requises. En ce qui concerne les autres modes de production, il n’existe en revanche aucune exigence concernant les conditions d’élevage des animaux :

  • pour le fromage, l’appellation « fermier » est seulement liée au processus de fabrication (à la ferme) ;
  • pour les autres produits, il n’y a toujours pas de définition réglementaire. La jurisprudence, ainsi que le projet de décret de 1999, assimilent l’utilisation du terme « fermier » à des aliments produits et transformés sur l’exploitation, sans mention spécifique du mode d’élevage.

Production locale

Les produits locaux sont issus de producteurs ou d’entreprises agroalimentaire situées à proximité du lieu de consommation. Tout type d’élevage peut donc être étiqueté « production locale », y compris les élevages intensifs. Il convient donc d’être vigilant et de demander des précisions quant aux conditions de vie des animaux sur l’exploitation.

Plus globalement, nous mettons en garde sur les appellations du type « produits de nos régions », « respectueux de l‘environnement », « terroir », « frais », etc., ainsi que sur les emballages attractifs qui peuvent induire en erreur. À eux seuls, ils ne garantissent pas d‘exigences supérieures liées au bien-être animal.